Inari Kon Kon Koi Iroha いなり、こんこん、恋いろは。2014

inari konkonSouvenir bien réel d’un petit voyage virtuel … Kyoto, Japon. été 2014. Grosse chaleur brutale, qui me rappelle un certain été 2006 au … Japon, j’avais bien failli y laisser ma peau, rien que d’y penser je suis pris de vertige… l’age surement. Il me faut en général 7 ans pour oublier un été japonais ! 40°c … En attendant il y a quand même le nouvel an bien plus clément.

Une vrai Surprise avec un grand S. Une séduisante petite série se déroulant à Kyoto, ancienne capitale et ville fétiche des Gaijins. La seule ville japonaise où, dans la rue, on entend fréquemment parler toutes les langues y compris le français et qui plus est la seule ville ou vous rencontrer des amis que vous n’arrivez même pas à croiser en France ! Ville aux mille temples (oui inari konkonj’exagéres), devenue la véritable capitale touristique du Japon, Kyoto est connue pour son Temple Fushimi Inari taisha (伏見稲荷大社), un sanctuaire shintô fondé en 711 et dédié aux divinités de l’agriculture et d’ailleurs élue « lieux le plus visité du Japon » par Trip Advisor (fiabilité?), enfin cela doit être vrai vu la foule, concentrée particulièrement en ce lieu magique. (Beaucoup d’autres lieux tout aussi intéressant sont vide!) Je ne vous ferais pas la visite guidée de Kyoto, vous trouverez mieux, mais je vous recommanderais un passage au musée du train, qui doit d’ailleurs être reconstruit pour 2017. Oui, oui je suis un peu Densha Otaku … tiens je ne vous ai pas encore pondu Rail Wars ? Mais si , mais si…

inari konkonDonc l’Anime … L’histoire met en scène un personnage principal, Inari, une jeune collégienne qui pour s’attirer l’amour d’un garçon, se préoccupe de faire des offrandes aux Dieux, au passage de son parcours entre la maison et l’école. Un jour elle entre en contact avec une de ces Divinités qui lui donnera la possibilité d’exaucer un souhait. Les personnages sont soit humains soit Dieux et leurs interactions n ‘est pas toujours facile car les humains ne voient pas les Dieux. Oui, sauf quelque uns par d’étranges circonstances que je ne vous révélerai pas…

Tout se déroule sur les lieux du Temple, sans la foule, cela doit être parce que c’est le matin tôt, le soir ou la nuit. (bizarre)

inari konkonLe scénario n’est pas épique, ici pas d’histoire ambigue au long cours mais plutôt une gentille ballade poétique et spirituelle, un peu d’inspiration genre Voyage de Chihiro, sinon ce n’est même pas du school life, bien que cela mette en scène une petite collégienne. Tout semble plutôt se dérouler au gré des émotions très spontanées de la jeune fille.

Plutôt qu’un long récit c’est à chaque épisode une nouvelle aventure et c’est tant mieux car cela colle bien au rythme de la série, à chaque jour suffit sa peine! Il existe quand même une trame sous-jaçente qui de temps à autre ménage de petits événements qui donnent à cette série un cadre et un certain volume… fantastique.

Le scénario joue sur la dualité des deux mondes, réels et spirituels. Dans chaque monde les Inari konkonpersonnages ont leurs problèmes et ça ne s’arrange pas lorsque ces deux mondes se mélangent. Heureusement Inari capable de voir ces deux dimensions saura mettre toute sa fraîcheur et sa naïveté au service des autres. Ainsi au bout du compte tous les intervenants finiront par en tirer des leçons qui seront bénéfiques à tous y compris à la jeune héroïne.

Au final, une série qui réserve à chaque épisode des situations et des événements insoupçonnables que je vous laisse découvrir par vous-même. On en fait le plein d’émotions de joie, de tristesse et de souvenirs au travers d’une variété de scènes allant de la romance à la comédie additionnées d’un soupçon d’action.

La série à peine terminée, que ce magnifique voyage dans une dimension inconnue nous manque. Mais quelle situation pourrait à nouveau survenir afin de faire une suite ?  L’occasion peut-être d’entrer dans le vif du sujet et d’aborder un aspect moins poétique … en faisant intervenir (plus sérieusement) quelques méchants démons ou autres ?

InariUne série qui laisse de bons souvenirs et surtout l’envie de visiter ou de retourner dans ce lieu empreint de spiritualité… 15/20

Inari: Temple Fushimi Inari taisha

Kon kon : Onomatopées  (Kitsune wa kon kon, Tanuki wa pon pon … )

Koi Iroha: ABC de l’Amour

Publicités

A propos animeoyaji

Critique Anime, Animation japonaise et Japanimation par un vieux briscard.
Cet article, publié dans animation japonaise, anime, Critique, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s