Noir ノワール 2001

noirFilm Noir et Roman Noir. Le premier de la trilogie des Girls with Gun du studio Bee Train . Madlax (2004) puis El Cazador (2007) suivront, dans une trilogie qui marqueras son époque, du style d’une production à qui on doit entre autre les séries de .hack et Phantom:Requiem of the phantom .

L’action , une évidence pour nous, se situe en France et plus particulièrement à Paris, dont on reconnaît facilement les lieux familiers. Tout cela, fait bien sur, plus exotique pour les japonais mais pour nous c’est juste un peu vintage … surtout que l’ ambiance évidente de film policier nous rappellent les films noir et blanc du temps de Lino Ventura ou Jean Gabin.

D’ailleur on peut penser que la série emprunte un peu l’origine de son inspiration à son titre. noir4On remarque tout de suite que l’ambiance est un peu mystérieuse, se déroulant dans des lieux plutôt historiques. On semble donc partir sur un genre de polar historico-ésotérique, ambiance Giacometti- Ravenne, Lœvenbruck … (Da Vinci Code ça vous dit?).

Notons tout de suite les plans et le montage digne d’un film . De nombreux plans, larges et serrés, on ne lésine pas sur les images. La réalisation a opté pour un niveau de qualité élevé. Certaine scènes sont magnifiquement cadrées, la lumière est soignée. On a droit à de nombreux clichés parisiens mais cela reste raisonnable pour une oeuvre japonaise avec en plus, quelques franponaiseries. Les décors sont variés et recherchés et on nous sert même quelques clichés de cinéma tel le piano dans la maison en ruine entre autres…  Les décors ont été bien étudiés et nous ravissent par leur grande variété.

Le chara design est dans le classique du genre thriller seinen plutôt occidentalisé. L’ensemble de l’histoire et des protagonistes sont censés à l’exception de Kirika être occidentaux donc le style l’est; vu par des japonais pour des japonais donc forcément légèrement stéréotypés. Une étude plus précise a été faite sur les armes qu’utilisent les personnages, celles-ci étant adaptées à la morphologie sont censées donner des indications sur leur psychologie, malheureusement il faut être un gun mania pour vraiment apprécier ces petits détails…

Un projet de grande qualité que l’on reconnaît aussi par la bande son commençant par une belle Anisong aux accents un peu vintage et par la variété des musiques accompagnant les différents plans, composés par Yuki Kajiura qui composera également Madlax, El Cazador, SAO, Madoka Magica … et créatrice des groupes Fictionjunction et Kalafina !

NoirLa série débute par quelques quiproquos, à l’origine de la rencontre des deux protagonistes , sans pour autant poser de réelle base à une intrigue, juste quelques ficelles nécessaires à captiver notre attention. L’action démarre presque aussitôt le début de la série sans également donner plus d’indices . Une certaine part de mystère est suggérée, d’une part par la perte de mémoire de Kirika, qu’en est il de son passé? Puis d’autre part par un mystérieux ennemi ciblant les deux héroïnes en contrecarrant leur travail. Travail qui consiste à des contrats perpétrés à travers le monde par les deux tueuses à gages. Les contrats exécutés n’ont a priori aucun lien avec l’intrigue, l’histoire ne progresse que par des indices et des questionnements sans réponses.

L’action, qui est néanmoins parfois spectaculaire reste répétitive, épisode après épisode , ce rythme reste caractéristique de ce qu’on verra dans les deux autres séries de la trilogie . On commence à regretter cette histoire qui progresse trop lentement avec l’impression que  les épisodes  sont comblés par ces petits chapitres de tueries se déplaçant d’un pays à un autre.

Enfin l’intrigue semble démarrer vers l’ep 5 . L’ambiance devient vraiment mystérieuse, on est dans le thriller pur … Les incursion de nuit dans les églises parisiennes me rappelle des passages digne de romans policiers. Les décors changent fréquemment au gré de leur contrat, des tropiques au désert en passant par la Sibérie . L’ensemble est vraiment mené comme un polar d’espionnage (007?). Enfin une histoire commence à prendre forme , les fantômes du passé apparaissent peu à peu pour se rappeler au souvenir des protagonistes.

noirL’ anime semble se limiter à un duo, peu de chance de voir de nouveaux protagonistes, ils sont rapidement éliminés! Et pourtant … cette série garde encore quelques surprises, relançant ainsi l’intérêt.

Sensé être un film noir, il ne semble l’être que par les tueries abondantes, sans aucun état d’âme. Pas de réel mystère ni de fantastique, malgré tout le mal que le scénario tente à nous le suggérer grâce à quelques scènes bien orchestrées mais sans plus. On reste bien dans la vie réelle ou plutôt dans l’underground mais le fil conducteur (comme c’est souvent le cas) manque de continuité afin de nous maintenir en alerte. On se forgera donc péniblement une idée au fil de la série sur les significations multiples du mot Noir.

A force d’attente… enfin une piste à suivre , enfin une trame solide … Oh ce ne seras pas l’accélération fulgurante, mais à son petit rythme on restera scotché à … attendre le dénouement … et quand enfin l’enigme est révélée dans les derniers épisodes on réalise que c’était une bonne histoire, mais menée un peu lascivement , un peu dommage que l’on ai pas eu plus de suspense un peu plus tôt, mais en l’état y avait il matière à nous satisfaire? Dés lors les épisodes s’enchainent gardant encore une part du mystère jusqu’au dernier son.

La bande son restant sublime jusqu’au bout.

Du grand Anime, sans aucun doute, pour le reste il faut s’habituer au rythme et au style  du studio , ce qui n’est pas sans un peu de sacrifice. 15,5/20.

Les deux autres séries de la trilogie seront fortement imprégnée de ce style nonchalant, mais gagneront peu à peu en maturité et différeront légérement en flirtant avec le fantastique.

Publicités

A propos animeoyaji

Critique Anime, Animation japonaise et Japanimation par un vieux briscard.
Cet article, publié dans animation japonaise, anime, Critique, est tagué , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Noir ノワール 2001

  1. bidib dit :

    ah! J’ai beaucoup aimé cette série, son ambiance de polar et l’aspect légèrement vintage. Le duo d’héroïne fonctionne bien. J’adore l’opening :)
    un excellent souvenir (même si je me souviens plus des détails de l’intrigue)

    J'aime

  2. ibule dit :

    Noir m’avait laissé un goût étrange : de l’action à gogo, très bien réalisée comme tu le soulignes ; mais l’histoire scénario se révèle très poussive et, de mémoire, la fin n’est vraiment pas terrible et on sent que les scénaristes ne savaient pas trop quoi raconter. Et effectivement, rebelote avec Madlax (j’ai pas testé la troisième série).
    Bref, je te trouve assez gentil dans ta conclusion. ;)

    Et Alias a tout pompé su Noir, jusque dans les travers !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s